13 ème SALON DES LAUREATS

Michel DEROIDE

- Le sculpteur Michel Deroide – Prix de la Mairie

Michel Deroide, s’est initié à la sculpture sur le tard, par le modelage.
Constatant que d’autres étaient meilleurs en académique et en abstraction, il trouva une voie personnelle utilisant des formes naturelles qu’il pouvait adapter voire assembler.
Il compléta ses créations de textes à la limite du légendaire, dans lesquels tous les éléments sont vraisemblables, sauf l’histoire.
C’est ainsi que dont nés « la Saga Dagobert » et Quarante fois « 40 millions d’années » qui obtint le prix de la Mairie pour le quarantième anniversaire de l’AIVA

 

Sylvie LESIEUR – La peintre Sylvie Lesieur – Prix du Salon
Sylvie Lesieur ‘aime dessiner. Sans formation artistique particulière, elle a découvert l’aquarelle en intégrant l’atelier de Sophie Rechsteiner à Garches, il y a quelques années.
La discipline est exigeante et demande beaucoup de patience, mais elle est rendue passionnante par l’enseignement des associations de couleurs, l’utilisation des pigments… Elle me permet, alors, de peindre au gré de ses envies.. »

 

Danièle DEBAIRE- La peintre Danièle Debaire – Prix du Lions Club
Depuis toujours son inspiration vient de l’Humain.
De son apparition à notre présent, il a laissé ses traces et empreintes par les écrits. Elles se sont altérées, façonnées, modelées, construites …Histoire…Mémoire…Sédimentation…Dilution…Renaissance… souvent détournées de leur originalité première.
Danièle y a déposé un regard décalé en travaillant sur les empreintes, leur fragilité et leur résistance, la calligraphie et le graphisme pour donner naissance à un nouveau langage….une nouvelle démarche artistique.
Elle utilise divers papiers et transferts de journaux, acrylique et encre, monotype

 

Claude d'Haye
– La peintre Claude D’Haeyé – Prix du public techniques/toile Ex aequo
Après avoir travaillé sur des sujets classiques comme les natures mortes, Claude a eu besoin de libérer son geste et d’exprimer d’autres émotions.
Depuis six ans, elle peint des scènes d’intérieurs ou des sous-bois.
Son travail de recherche sur le rendu des matières nécessite, selon les sujets, plusieurs applications de papier de soie ou d’empreintes diverses.
Cela lui permet d’obtenir cette impression du velours usés, de draps froissés, de murs aux papiers déchirés ou d’arbres à l’écorce éclatée.
Sa palette de couleurs douces et subtiles, réalisée à base de pigments et d’huile, permet de rendre palpable l’intimité de l’ambiance qui habite ses scènes d’intérieur et ses sous-bois
- La peintre Barbara Gebarzewski – Prix du public techniques/toile Ex aequo
Barbara Klosinska-Gebarzewski est une artiste franco-polonaise dont les sources d’inspiration proviennent des scènes de la campagne et de la ville polonaises. Sa peinture est l’expression de la souffrance. C’est un monde composé de bribes de mémoire, de peur, d’amour, un monde presque disparu.
Le graphisme à l’encre de Chine ou à l’acrylique leur confère une rigueur et une précision non pas dans un souci de réalité mais pour le plaisir graphique et coloré de la représentation.

 

Nathalie CULOT
– La plasticienne Nathalie Culot – Prix du public techniques/papier
Le recyclage et son travail sont intimement liés.
Elle joue avec ces plis, ces lignes, ces répétitions et la lumière qui vient s’accrocher sur ces reliefs lui permet de réaliser l’œuvre en mouvement et ainsi créer un tableau vivant qui ramène à la nature, au végétal, au minéral.
Les techniques qu’elle utilise sont soit des encres soit de l’acrylique diluée pour entrer en profondeur dans les interstices de la matière du carton.

 

Fabienne MALCORPS

- La sculptrice Fabienne Malcorps – Prix du public volume

On retrouve dans le travail de Fabienne Malcorps un contraste délibéré entre élancement et force. La tension fait vibrer l’œuvre d’un bout à l’autre. Le mouvement est capturé, prêt à redémarrer, tel un arrêt On retrouve dans le travail de Fabienne Malcorps un contraste délibéré entre élancement et force. La tension fait vibrer l’œuvre d’un bout à l’autre. Le mouvement est capturé, prêt à redémarrer, tel un arrêt